Les Champs Magnétiques 

Spectacle musical électro/champêtre

pour 3 musiciens, oiseaux, vidéo, electro

Conception & composition

Création 2021

Une production du collectif L'Émoi Sonneur, le théâtre Jean Vilar de Vitry sur Seine, La Muse en Circuit CNCM

et le soutien de la DRAC île de France, le département du Val de Marne, le DICREAM

Lr-0002-2.jpg
Lr-9861.jpg
Lr-2-9848.jpg
Capture d’écran 2019-05-05 à 18.09.15.pn
Capture d’écran 2019-05-21 à 09.34.05.pn

GUITARE ""ELECTRIDE""

& LIVE ELECTRONIQUE

BB_Mayf_col_ 015von 050__PAN4080.jpg
BB_Mayf_col_ 017von 050_L1050122.jpg
BB_Mayf_col_ 049von 050__PAN4467.jpg
BB_Mayf_col_ 050von 050__PAN4478.jpg

The Mayfield

improvisation

GROUPE D'IMPROVISATION aux couleurs industrielles, électroniques et free jazz.

Camille Emaille (percussions)

Gianni Gebbia (saxophone)

Heiner Goebbels (piano préparé)

Cecile Lartigau (ondes Martenot)

Nicolas Perrin (guitare augmentée)

Willy Bopp (sound design)

Une production Ldéléguée La Muse en Circuit CNCM

BB_Mayf_col_ 001von 050_L1050053.jpg
P1160010.jpg
Benj Jeu de Sens.jpg

JEU de SENS
voyage sous casque pour 1 spectateur

Jeu de Sens est un projet musical et sensoriel pour un participant.

De forme participative, Jeu de Sens invite à un voyage sonore sous casque et à l’aveugle pour une expérience interactive immobile faisant la part belle à l’imagination personnelle.

Ainsi, après un moment de rencontre avec les artistes, le participant est guidé les yeux bandés à se placer confortablement devant une table. Le participant va activer, explorer, écouter, toucher, sentir toutes sortes d’objets et matériaux sensibles :

percussions, corps sonores, surfaces tactiles sonorisées, matières naturelles, instruments de musique méconnus... Un dispositif de microphones placés autour du participant permet aux artistes de transformer les sons en temps réel.

Les moindres petits sons sont amplifiés tel un zoom sonore, permettant une approche sensible de l’écoute musicale du participant.

Ainsi, un simple frotté sur un objet peut révéler sa plus petite granulosité, puis se transformer et s’amplifier jusqu’à imiter des grands paysages d’océan. Le son, Le toucher, l’odorat… tous ces sens participent également à la vie de cette expérience.

 

La musique et le voyage prennent fin quand le casque est retiré des oreilles du participant, permettant pour conclure un dialogue en forme

de retour d’expérience entre le trio éphémère. Les séances étant enregistrées, le participant se verra proposé un enregistrement de son propre Jeux de sens  : par clé USB, mail…  Il s’agit souvent d’une source de surprise et d’accomplissement pour des personnes qui ne croyaient pas possible la création et l’interprétation de la musique par eux-mêmes.

Benjamin Soistier : percussions

Nicolas Perrin : live electronique

Une production L'Émoi Sonneur

Avec le soutien des atliers MEDICIS, l'ESRP Beauvoir d'Evry

compagnie XVIII 21 - Le baroque nomade

DRYADES
Musique baroque & improvisation

téléchargement.jpeg

Les Dryades sont des êtres mythologiques de la Grèce antique. Réputées timides, elles sont liées à la forêt et aux chênes, comme les Druides, et leur nom proviendrait d’une vieille racine indo-européenne évoquant la fidélité. Si elles pouvaient vivre très longtemps, elles ne sont pas immortelles, comme en témoigne le destin tragique de la plus célèbre d’entre-elles : Euridice. Elles pouvaient croiser dans leurs bois des faunes et d’autres êtres surprenants. Qui sait même si certains vents pouvaient les transporter vers d’autres mondes, ceux des lutins, des efrits, des elfes. Pendant l’Antiquité, les dryades protégeaient les forêts des destructions, car il fallait obtenir leur accord avant de déboiser.

Ce projet est par nature en évolution permanente. Il s’agit de réunir quatre musiciens aimant l’improvisation, les rencontres inattendues, les essais improbables. Chacun apporte son expérience, ses tropismes musicaux, ses réminiscences. L’une est familière du Blues, l’autre du Baroque. L’un est plutôt versé dans les musiques orientales, l’autre dans les sons artificiels. Chacun a proposé un matériau de réflexion musicale : le grec ancien, Jean-Sébastien Bach, les moments passés à écouter les sons de la nature, le vent, les merveilleuses musiques des Pygmées dans leurs forêts, les rythmes aksak, un texte d’Edgar Poe, les coquelicots aux multiples sens, l’idée — chinoise, dit-on — que certaines musiques ne peuvent être jouées que si l’on entend les oiseaux. Certains vous apparaîtront sans doute clairement, d’autres sont plutôt des clins d’œil entre nous. Ou peut-être des clins d’oreille ? 

Ce programme a été créé pour le festival OuVERTures en Ile-de-France 2021. Pour le préparer, nous avons été reçus en résidence de création au Centre d’Art et de Culture de Meudon, que nous remercions pour son accueil. 

Carole Hémard, voix,

Jean-Christophe Frisch, flûtes

Pierre Rigopoulos, percussions

Nicolas Perrin, électronique

Capture d’écran 2020-10-12 à 12.17.24.

Nuages Nuages

Installation performance

petite enfance

Il ne se passera rien.
Il n’y aura pas d’histoire, pas de personnage.
On entendra le souffle du vent, et parfois le son d’une flûte
ou le chant des grillons. On ne demandera rien aux enfants.
On leur laissera le temps, le temps de ne rien faire,
ou bien jouer.
Il y aura des osiers, une forêt d’osiers, tressés en formes libres, . rêverie de cabanes, de forêts, de jardins. Sur le sol, des feuilles mortes, des tapis en forme de nuages et de gros coussins poilus.
On marchera sur des nuages,
que l’on pourra prendre dans le creux de sa main,
mais sans jamais pouvoir les attraper.

On n’attrape pas des rêves, ils nous traversent et nous échappent.

Compagnie les Demains qui chantent

Mise en scène – Vincent Vergone
Création plastique – Vincent Vergone et Nélida Médina
Artistes – Claire Barbotin, Sébastien Clément, Nélida Médina, Rikivi, Mayu Sato, Vincent Vergone
Création sonore – Nicolas Perrin

dsc_1549.jpg
affiche-vox.jpg

COMPAGNIE LA BALBUTIE

Spectacle musical

Pour chanteuse buccaliste et live électronique

A partir de 9 mois

VOX

le mot sur le bout de la langue

théâtre musical

DSC_1717.JPG

Au commencement était le Verbe, nous dit-on…
Le mot avant la chose et les sons avant le mot. Les sons, les balbutiements, les babillages, les hésitations du son qui se cherche, se forme, éclot et éclate avant même d’avoir une signification.
Qu’à cela ne tienne…

Sur scène, deux interprètes écoutent et font vibrer les sons, souffles et syllabes. La chanteuse-comédienne tente de les attraper, jongle avec leurs échos ; elle explore l’étendue de sa voix comme le fait le jeune enfant qui découvre le langage, son langage. Le créateur sonore rebondit, modèle et spatialise en direct ces sons, ces mots déjà en gestation.

L’espace de jeu est jonché de globes suspendus, de vases posés, dont chacun est le laboratoire d’expérimentations vocales, créant une alchimie de consonnes et de voyelles, de sons et de sens mêlés. La chanteuse joue avec ces bocaux, y plonge un visage, une main, elle y capture les mélodies qui l’habitent, les voix qui l’entourent. Son corps se métamorphose et épouse les formes des sons que son partenaire musicien module.

Toute la scénographie devient sonore et se met à dialoguer. La voix devient progressivement langage, puis chant et construit un décor où la frontière entre les artistes et le public s’efface. Murmures, chants, cris, balbutiements, causeries s’y répondent joyeusement. Vox, le mot sur le bout de la langue fait ainsi de la voix son matériau de création et invente un langage musical partagé et libérateur.

Conception et interprétation :

Juliette Plihon (voix et jeu) et Nicolas Perrin (live électronique)

Mise en scène : Camille Roux

Costumes, accessoires : Marleen Rocher

Lumières, construction scénographie : Stéphane Bottard

Une production de la Compagnie La Balbutie
En Coproduction  avec le Réseau Courte Echelle : 1.9.3. Soleil! (93), la Ville de Gennevilliers (92), la Ville de Rosny- sous-Bois (93), la Ville de Clichy-sous-Bois (93),

la Ville des Lilas (93), la Ville de Saint-Denis (93), le Festival Théâtral du Val d’Oise (95),

la Ville d’Arcueil (94-en cours), la Compagnie Acta (95), le Théâtre Paris-Villette (75),

le Département de la Seine-Saint-Denis (93), la DRAC Ile-de-France (en cours).

Avec le soutien d’Arcadi et de la Drac Ile-de-France dans le cadre des Projets de Territoire.

Projet soutenu par la Compagnie ACTA – artistes associés Agnès Desfosses et Laurent Dupont, la Ville de Goussainville (95), la Maison du Développement Culturel à Gennevilliers (92), La Courée à Collégien (77), le Théâtre de Vanves (92) et sélectionné par Attention travaux /Collectif Culture Essonne.

dsc_0027.jpg
img_7941-2.jpg

PLEINE LUNE

CONCERT DANS LE NOIR

COMPAGNIE LA BALBUTIE

JULIETTE PLIHON : CHANT

LAURINE DAVIS : VIOLON

NICOLAS PERRIN : LIVE ELECTRONIQUE

Pleine Lune est né du désir de créer un dispositif dans le noir, qui sollicite les autres sens (ouïe, odorat, toucher), là où habituellement la vue est prépondérante.

De la volonté aussi de bouleverser les repères de réception pour amener chaque spectateur à développer son imaginaire, à créer ses propres images mentales.

Au croisement de plusieurs arts vivants (théâtre, musique, performance sonore),

il propose une expérience sensorielle toute particulière qui place le spectateur au centre d’un dispositif électroacoustique, olfactif et tactile, et donne à entendre l’invisible à chacun. Les spectateurs, yeux bandés, sont placés au centre du dispositif dont chaque son est traité en direct et démultiplié dans les enceintes. Laurine Davis au violon et Juliette Plihon à la voix évoluent parmi les spectateurs, les frôlent, les touchent, murmurent à leurs oreilles et jouent de leurs instruments, tour à tour acoustiques et amplifiées. Nicolas Perrin, au live électronique, spatialise et traite les sons, rendant palpable la musique comme un mouvement d’atomes, une sensation kinesthésique. 

La dramaturgie sonore se déploie peu à peu, comme la traversée d’une nuit en quatre tableaux : la Forêt, la Veillée incantatoire, le Repos et l’Aurore. Le maillage sonore se tisse, puisant à la fois dans des pièces de répertoire musical (Bach, Berio, Enescu entres autres), des textes (Les Aveugles de Maeterlinck et les écrits de Pierre Soulages sur l’Outre-Noir), et la musique acousmatique créée à partir d’objets du quotidien.

Les notes et les sons se transforment sans cesse, se dérobant à toute tentative d’identification, créant un univers mouvant qui incite chacun à tracer son sillage imaginaire.

dsc_0092.jpg